La fin des désillusions ?

Vendredi débutera la finale de la Coupe Davis qui opposera la France à la Belgique. L’occasion pour la France de mettre fin à trois échecs consécutifs en finale. Présentation.

La France favorite ?

Face à une équipe belge méconnue du grand public, la France fait figure de favorite. Avec 10 joueurs figurant dans le top 100 à l’ATP contre 2 pour la Belgique, les Tricolores semblent supérieurs à leurs homologues. Pour les Bleus, il est temps que la génération dorée des « Mousquetaires » soit à la hauteur de l’événement. Défaite en 2011 et 2014, la France attend depuis longtemps un quatrième trophée, une victoire permettrait d’ailleurs d’oublier les finales passées et les critiques vis-à-vis du groupe. Mais attention à la Belgique qui aura à cœur de prendre une revanche sur l’édition passée où elle avait échoué en finale contre les Britanniques.

Des Belges enthousiastes ?

Clairement, l’équipe de Belgique s’appuiera sur son leader : David Goffin. Auteur d’une fin de saison fabuleuse (il termine 7ème à l’ATP), le finaliste du dernier Masters de Londres s’est offert un bon nombre de têtes d’affiches ces dernières semaines. Ses derniers exploits ? Des tournois remportés à Tokyo et Shenzhen mais surtout deux victoires contre Federer et Nadal à Londres. Son genou droit a grincé ces derniers temps mais le Belge de 26 ans assure qu’il sera entièrement opérationnel pour la finale. S’il y a un homme à craindre, c’est bien lui.

Les Diables Rouges peuvent aussi compter sur leur autre homme fort : Steve Darcis. A 35 ans, celui qui pointe à la 76ème place du classement mondial est un homme d’expérience. Présent sur le circuit pro depuis 2003, il revient de blessure pour aider son équipe à rapporter une compétition qui lui tient particulièrement à cœur.

On a donc une équipe belge qui a de quoi tenir la route face aux Bleus. Le double reste néanmoins le grand point faible de la formation de Johan Van Herck. La paire belge n’a remporté qu’un seul match sur les trois confrontations de cette année en Coupe Davis, c’était face à l’Allemagne en 1/8ème de finale.

europe1.fr

 

Quels titulaires ?

Le sélectionneur français, Yannick Noah, a convoqué 6 joueurs : Jo-Wilfried Tsonga, Lucas Pouille, Richard Gasquet, Julien Benneteau, Pierre-Hugues Herbert et l’Angevin, Nicolas Mahut. La surprise est venue de Julien Benneteau, qui a réalisé une bonne fin de saison et convaincu le coach de le reprendre pour la finale. Pour jouer les simples, Tsonga et Pouille (nos deux meilleurs classés à l’ATP) semblent tout désignés. Tsonga, revenu dans l’équipe en demi-finale a remporté ses deux matchs et a fini sa saison de manière plutôt correcte. De plus, sur une surface dure, le Manceau est le plus à l’aise, ce qui laisse facilement présager une titularisation.

Le constat est le même pour Lucas Pouille. En gagnant trois titres cette saison, le joueur de 23 ans a confirmé son éclosion de l’an passée. Le dernier en date, à Vienne, en octobre lui a pratiquement assuré une place de titulaire pour la finale.

Qui aligner en double ?

C’est LA grande question côté français. La paire Mahut-Herbert, performante sur le circuit mondial, est la plus légitime à être alignée. Mais les deux hommes ont dû stopper leur parcours au Masters de Londres, la faute à une douleur au dos de Herbert. Depuis, ce dernier s’est entraîné et rassuré. Mais il n’est pas à l’abri d’une rechute (que nous ne souhaitons pas bien sûr). Auquel cas, ce serait sûrement Julien Benneteau qui prendrait sa place. La paire a d’ores et déjà été testé à l’entraînement. Déjà associé à Mahut en quarts contre la Grande-Bretagne, Benneteau a prouvé cette année qu’il pouvait toujours tenir sa place en Coupe Davis.

Les fantômes du passé ?

On n’est pas superstitieux mais on ne peut s’empêcher de penser aux dernières éditions où la France a échoué en finale. Depuis le début de l’ère Open, les Bleus se sont hissés 6 fois en finale, avec un bilan de 3 victoires (1982, 1991 et 2001). Des épopées trop lointaines pour que les joueurs actuels puissent y avoir participés. En revanche, en 2010 et 2014, « Les Mousquetaires » étaient déjà là. Battus à chaque fois, on a souvent reproché aux joueurs une mauvaise gestion émotionnelle de l’événement. Des défaites inscrites dans les mémoires de chacun qu’il faudra tenter de faire oublier à partir de vendredi. Une victoire finale et ce serait la récompense tant attendue, qu’espère le public depuis l’éclosion de sa génération dorée.

 

Les pronos de la rédac’ :

Bertille : 3-1 pour la Belgique

Camille : 3-2 pour la France

Léo : 3-1 pour la France

Victor : 3-1 pour la France

Jérémy : 3-2 pour la France

Inès : 3-2 pour la France

Jonas : 3-2 pour la France

 

Jonas Bourgeais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*