Le propriétaire de L’AS Monaco Dmitri Rybolovlev impliqué dans une potentielle affaire de corruption et trafic d’influence

Dmitri Rybolovlev, propriétaire de l’AS Monaco, au stade Louis II, le 18 août 2013. Crédit photo : REUTERS
Dmitri Rybolovlev, au stade Louis II, le 18 août 2013.
Crédit photo : REUTERS

C’est un scandale massif qui s’annonce sur le Rocher. Une enquête du Monde, rédigée par les célèbres journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet, révèle que le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, propriétaire du club de football de l’AS Monaco s’est constitué un réseau de fidèles soutiens au sein de la police et de la justice monégasque, lui ayant permis de régler un contentieux avec un autre homme d’affaires.

Un marchandage d’art en toile de fond

Le présent scandale tient ses origines d’un conflit entre le milliardaire russe et Yves Bouvier, homme d’affaires suisse très porté sur le marché de l’art.
Le magnat du football reproche à Yves Bouvier et sa compagne, Tania Rappo, de lui avoir surfacturé pour 1 milliard de commissions sur l’achat de tableaux de Picasso et de Modigliani. C’est une plainte pour « escroquerie » qui est déposée le 9 janvier 2015 par le natif de Perm.
Les événements s’enchaînent alors : le 23 février 2015, lors d’un dîner organisé par Rybolovlev, Tania Rappo se livre à quelques confidences sur l’affaire, tout en étant enregistrée à son insu par l’avocate du Russe à l’aide d’un smartphone, Tetiana Bersheda. Les enregistrements sont ensuite envoyés directement sur le bureau des policiers de la principauté.
Deux jours plus tard, Dmitri Rybolovlev fait venir Yves Bouvier à Monaco, mais ce dernier est interpellé par 9 policiers monégasques, qui l’envoient en garde à vue. Après plusieurs heures, le Suisse paye sa caution de 10 millions d’euros et sort libre des locaux de police du Rocher. Il en garde un très mauvais souvenir, considérant que Rybolovlev a utilisé la police locale pour lui tendre un traquenard.

Une avocate comme intermédiaire privé de Rybolovlev

C’est le 3 février 2017, toujours dans la même affaire, que l’avocate du Russe, Tetiana Bersheda, remet son téléphone au juge Morgan Raymond, afin de s’assurer de la véracité du contenu de l’enregistrement. Le contenu du smartphone est gravé sur un DVD ROM que le Monde parvient à se procurer. Mais le 4 septembre dernier, le parquet général de la principauté demande sa destruction.

Tetiana Bersheda, talentueuse avocate et pièce maîtresse dans le jeu d'influence de Dmitri Rybolovlev. Image de Franck Mentha.
Tetiana Bersheda, talentueuse avocate et pièce maîtresse dans le jeu d’influence de Dmitri Rybolovlev. Image de Franck Mentha.

Dans le téléphone, des centaines de SMS envoyées à différents contacts haut placés dans l’administration policière et judiciaire du Rocher. Parmi eux, trois policiers qui l’ont aidé à tendre un piège à Bouvier quelques mois plus tôt : Régis Asso, directeur de la Sûreté publique aujourd’hui à la retraite; Christophe Haget, patron de la division de la police judiciaire de Monaco; et Frédéric Fusari, son adjoint.
Selon certains SMS, Rybolovlev s’assurait de la coopération d’Asso via diverses faveurs et cadeaux offerts à ce dernier, à l’image d’un onéreux samovar, ustensile servant à faire bouillir l’eau du thé au Proche Orient et en Russie. Le policier est également convié à déjeuner chez le milliardaire à de multiples reprises. Dans tous les cas, c’est l’avocate qui sert d’intermédiaire entre Rybolovlev et ses stratégiques soutiens haut-placés. Tous les messages, des invitations formelles aux intimes souhaits d’anniversaire transitent par son téléphone, et se retrouvent sur le bureau du juge et des journalistes. Un autre texto confirme également l’hypothèse d’Yves Bouvier : »Merci beaucoup pour votre aide dans le dossiers de mes amis suisses » est envoyé à Régis Asso.

Un réseau étendu au delà de Monaco

Bersheda doit également s’arranger l’aide de Haget et de Fusari: Elle les convie aux matchs de l’ASM, arrange des réunions, s’assure la prolongation de la garde à vue de Bouvier. Elle en obtient même une mise en contact avec un inspecteur de la Brigade de répression du banditisme à Paris, le commandant Thomas Erhardy. Il informe l’avocate ukrainienne de poursuites contre Bouvier en juillet 2015 : »Notice rouge Interpol diffusée à Singapour pour exécution, wait and see » lui envoie-t-il. Comme si être informée du statut de l’enquête de manière privilégiée ne lui suffisait pas, voilà maintenant que Rybolovlev et Bersheda tirent eux même les ficelles du dossier.

Jusqu’au sommet du Rocher

Philippe Narmino, directeur des services judiciaires de Monaco. Crédit photo : Éric Gaillard, REUTERS
Philippe Narmino, directeur des services judiciaires de Monaco. Crédit photo : Éric Gaillard, REUTERS

Après avoir fermement planté les serres de son influence dans le cœur de la police monégasque, c’est au tour de la justice elle-même d’être prise pour cible par le propriétaire de l’AS Monaco. Pour ce faire, il s’arroge la fidélité de Philippe Narmino, directeur des services judiciaires de la principauté (Souvent considéré comme l’équivalent du Ministre de la Justice). Les textos de l’avocate révèlent les excellentes relations entre le Russe et le couple Narmino. Leurs échangent incluent des mots gentils, des boites de douceurs, des invitations à dîner, mais également un week-end dans le chalet de « Rybo » à Gstaad en Suisse, peu de temps avant l’interpellation d’Yves Bouvier à Monaco.

Suite à ces révélations, le camp Rybolovlev-Bersheda n’a pas souhaité commenté l’enquête. Le Prince Albert, est également resté silencieux, alors que celui qu’il avait nommé à la tête de la justice monégasque, Philippe Narmino, a été contraint au départ jeudi 14 septembre, jour même de la parution de l’enquête du Monde.

One thought on “Le propriétaire de L’AS Monaco Dmitri Rybolovlev impliqué dans une potentielle affaire de corruption et trafic d’influence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*