Une icône de la politique française s’est éteinte

Une véritable icône de la lutte pour les droits des femmes, la France perd l’une de ses plus grandes figures politiques. Simone Veil est morte ce vendredi 30 juin, à l’âge de 89 ans. Cette icône a connu de grands tourments aussi bien négatifs que positifs. Elle était l’une des rares françaises survivantes juives de la déportation vers le camp nazi d’extermination d’Auschwitz en 1944. Après des études de Droit, elle devient ministre sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing en tant que Ministre de la Santé de 1974 à 1979. Puis sous le gouvernement dirigé par Édouard Balladur comme Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et de la Ville de 1993 à 1995.

Son parcours politique  a été marqué par ses combats, comme la loi Veil pour l’IVG en 1975. Ce combat lui vaut des attaques et des menaces de la part d’une partie de la droite mais surtout de l’extrême-droite. Lors de son discours du 26 novembre 1974, elle plaide devant l’hémicycle que  « nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300.000 avortements qui chaque année mutilent les femmes de ce pays ». Le texte est adopté à l’Assemblée nationale le 29 novembre 1974 grâce à l’aide de la gauche. Deux semaines plus tard, la loi est adoptée au Sénat. Puis elle entre en vigueur le 17 janvier 1975. Simone Veil s’est aussi illustrée comme l’une des figures de la construction européenne en étant la première femme présidente du premier Parlement européen.

Selon un flash de franceinfo, une cérémonie d’obsèques officielle sera tenue mercredi 5 juillet aux Invalides par le Président de la République, Emmanuel Macron.

Simon Veil, première présidente du Parlement européen.

Image : http://www.europarl.europa.eu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*